Site Loader

agricoles et l’Etat islamique, on peut
vite s’imaginer le contexte dans lequel les syriens se trouvent et la raison pour
laquelle ils risquent leur vie pour essayer de tenter leur chance en Europe. L’Europe
met des dispositifs en place pour faciliter l’accueil des réfugiés, ce qui a
pour conséquences d’en attirer de plus en plus.

 

Ces idées sont purement basées sur mes
connaissances personnelles, piochées dans ce que je vois, ce que j’entends
autour de moi et dans les médias. Les réfugiés syriens ont fait polémique
autant dans l’Union européenne que dans le Moyen-Orient. Ces personnes-là ont
souvent été jugées et incomprises, d’où mon intérêt pour ce sujet. Selon moi,
il faut aller voir les bases du conflit pour comprendre pourquoi ces migrants
en sont arrivés là. Bien évidemment, je ne dispose pas du temps ni des moyens
pour faire un travail qui expliquerait dans les détails les éléments
déclencheurs de la guerre civile syrienne ni de tout autre facteur, mais
j’estime possible de pouvoir donner une réponse qui tienne la route à ma
question de recherche.

We Will Write a Custom Essay Specifically
For You For Only $13.90/page!


order now

 

Mon Research
Paper est divisé en 2 parties. La première partie est un cadre d’analyse
dans lequel j’introduis les deux acteurs principaux, c’est-à-dire la Belgique
et la Syrie. La deuxième partie est une analyse dans laquelle j’explique les
éléments qui vont nous mener vers une réponse à ma question de recherche. J’ai
choisi d’analyser des facteurs uniquement de 2011 à 2015.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1.    
Cadre
d’analyse (4-5 pages)

 

L’acteur principal dans ce travail est
bien évidemment la Syrie, connue pour son histoire agitée. La Syrie est un des
sept pays fondateurs de la Ligue des Etats arabes en 1945. En 1946, elle est
déclarée indépendante de la tutelle française, ce qui remonte à   il n’y a pas si longtemps. On y trouve
principalement des musulmans sunnites, mais il y a d’autres minorités telles
que les musulmans chiites, les druzes et les alaouites.1
L’actuel chef d’Etat syrien, ainsi que le secrétaire général du parti politique
Baath Syrie, et cela depuis 2000, est le président Bachar el-Assad.2
Il représente les minorités syriennes, faisant lui-même partie de la minorité alaouite,
qui compte pour environ 10% de la population syrienne. 3

Comme dit dans l’introduction, depuis
2011, la Syrie est plongée dans une guerre civile, qui découle de différents
facteurs déclencheurs. Cette guerre, en plus d’avoir des conséquences sur la
Syrie, en a aussi sur les pays de l’Union européenne. Comment ? La
population syrienne ne voit pas d’autres solutions que d’immigrer vers ses pays
voisins dans un premier temps, ensuite vers des pays plus lointains et plus
sûrs, tels que ceux de l’Union européenne. Ils immigrent d’une manière légale
ou non, dans l’espoir de pouvoir avoir un nouveau départ et de pouvoir faire
une demande d’asile en Europe. En conséquence, il y a un afflux de
migrants dans les pays voisins de la Syrie, de même pour les pays de l’Union
européenne. Les pays qui accueillent le plus de réfugiés syriens sont la
Turquie, le Liban, la Jordanie et l’Irak d’une part (nombre de réfugiés
Syriens)4,
et l’Allemagne, la Serbie et la Suède d’autre part (nombre de demandes d’asile
par des réfugiés Syriens) (cf. annexe 1)5.

 

Au sein de l’Union européenne, j’ai pris
la décision de choisir un seul pays : la Belgique. La Belgique, qui est le
pays dans lequel nous vivons, a aussi été affectée par l’afflux migratoire. Ce
n’est peut-être pas le pays le plus touché, néanmoins, il y a eu des
conséquences à cet afflux.

 

Tout d’abord, regardons ce qu’un réfugié
est réellement au nom de la loi. Dans la Convention de Genève de 1951 relative
au statut des réfugiés, on trouve la définition suivante :

 

« Toute
personne : qui, par suite d’événements survenus avant le 1er
janvier 1951 et craignant avec raison d’être persécutée du fait de sa race, de
sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social
ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la
nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de
la protection de ce pays; ou qui, si elle n’a pas de nationalité et se trouve
hors du pays dans lequel elle avait sa résidence habituelle à la suite de tels
événements, ne peut ou, en raison de ladite crainte, ne veut y retourner. Dans
le cas d’une personne qui a plus d’une nationalité, l’expression “du pays
dont elle a la nationalité” vise chacun des pays dont cette personne a la
nationalité. Ne sera pas considérée comme privée de la protection du pays dont
elle a la nationalité, toute personne qui, sans raison valable fondée sur une
crainte justifiée, ne s’est pas réclamée de la protection de l’un des pays dont
elle a la nationalité. » 6 

 

La Belgique a signé cette Convention, ce qui a comme
conséquence un engagement à soutenir les réfugiés se trouvant dans le pays.  Ces derniers, une fois reconnus, ont le droit
à un permis de séjour d’une durée de 5 ans, selon le Commissariat général aux
réfugiés et aux apatrides. 7 En
tant que demandeur d’asile, un réfugié a bien le droit à un accueil
contrairement aux aides financières dont ils ne pourront pas bénéficier.

 

« Crise des réfugiés » est le terme
le plus juste et surtout le plus utilisé dans les médias. La crise des réfugiés
dominait l’agenda politique. En 2015, la Belgique a enregistré 27 076 demandes
d’asile.8
Le 18 septembre 2015, le « kern » des ministres s’est réuni  pour parler notamment de l’accueil des
réfugiés. Il s’avère que toutes les communes de Belgique auraient eu comme
devoir d’accueillir des réfugiés, ce qui n’était pas le cas partout jusqu’à
présent.9
Pour cela, il y a une agence qui a comme but d’accueillir les réfugiés de la
meilleure manière qui soit. Je parle ici de l’agence Fedasil qui, depuis 2014,
est sous la tutelle du secrétaire d’Etat à l’asile et la migration,
c’est-à-dire le ministre Theo Francken. 10

Une autre organisation qui se bat pour
l’accueil des migrants est UNICEF Belgique, qui est plus axée sur les réfugiés
mineurs. UNICEF et le gouvernement belge s’associent pour améliorer les
politiques migratoires dans le pays. Ils plaident pour que les familles avec
des enfants ou que les enfants non-accompagnés soient accueillis
prioritairement.

 

Mais
la guerre civile syrienne est-elle la seule raison de ces migrations ? De
plus, quelles sont les éléments déclencheurs de cette guerre civile qui a
complètement déstabilisé la population syrienne ? C’est un pays dont on a beaucoup entendu
parler durant ces dernières années. Terrorisme, Bachar el-Assad, Etat-islamique,
Turquie, Jordanie ; ce sont des mots que nous pouvons facilement lier à la
Syrie grâce aux médias. C’est suite à cela que j’ai fait le choix de mon
hypothèse.

 

L’un des concepts vus au cours et que je
vais développer dans mon travail est le panarabisme. C’est une idéologie, un
discours social progressiste et laïque. C’est le fait de faire passer la nation
avant la religion. Le panarabisme a comme désir l’unité politique. Quant à la
place de la religion dans le panarabisme, elle n’est que secondaire. Elle est
bien acceptée, mais uniquement dans la sphère privée. La notion de panarabisme
prend son sens à partir de 1947, année durant laquelle le parti Baath est créé
par Michel Aflak. Le parti a été créé au nom d’un socialisme arabe et d’une
nation laïque, d’où l’idée de la nation avant la religion. C’est l’idée
d’effacer les frontières qui ont été dessinées par l’Europe11.

 Dans cette même période, Gamal Abdel
Nasser fait son apparition dans le paysage politique de l’Egypte, ce qui donne
un gros coup de pouce au panarabisme. De plus, nous nous trouvons en pleine
période de décolonisation, ce qui mobilise les peuples fraichement indépendants
à se prononcer en étant arabes avant tout. En montrant leur facette laïque et
moderne, ils espèrent favoriser leurs relations diplomatiques et politiques
avec les Etats européens.

 

Le panarabisme est le concept clé de la
Ligue des Etats arabes, dont la Syrie fait partie. A la fin de la Deuxième
Guerre Mondiale se crée la Ligue. Ce sont des pays fraîchement indépendants qui
s’accordent pour se présenter sous le terme de « pays arabes ». Elle a
comme but de renforcer les dynamiques politiques, culturelles et économiques
entre les pays-membres, tout en faisant passer la nation avant la religion,
comme le panarabisme l’impose. Néanmoins, les points communs entre les
Etats-membres sont la religion islamique et la culture arabe. Cependant, se
déclarer comme étant un pays arabe avant d’être un pays musulman n’est pas sans
conséquences. Il y a des groupes religieux qui se révoltent, même en Syrie.

C’est un point à retenir pour la suite de mon développement. 12

 

Un deuxième concept que je vais aborder est le réalisme,
en tant que théorie des relations internationales. Pour les réalistes, tous les
états sont autonomes et les acteurs ne recherchent que leurs propres intérêts.

Ils ne pensent qu’à travers la guerre et non par la paix, la guerre est donc
inévitable. Les gens sont par nature des êtres dangereux et ils veulent tous se
développer, même si pour cela ils doivent en écraser d’autres. C’est donc un
sentiment de pessimisme qui caractérise les réalistes. Une histoire souvent
liée au réalisme est celle de Thucydide, « la Guerre du Péloponnèse ».

C’est une chronique qui raconte le conflit entre Athènes et Sparte. Elle donne
des explications et fait une analyse des fondements de la puissance militaire
et politique, mais aussi une analyse des causes de la guerre. Il en est déduit
que les

                                           

Post Author: admin

x

Hi!
I'm Katherine!

Would you like to get a custom essay? How about receiving a customized one?

Check it out